Les ‘chants du mort’ et la splendeur noircie de la vie qui résiste