Notes sur l’aspect verbal en marge de la traduction tchèque d’un roman de Daniel Pennac