La ‘mort de l’Auteur’ à la Renaissance